Les « poubelles des mers » Seabin

L'accroissement de la production de plastique, la mauvaise gestion des déchets et le manque d'infrastructures de recyclage adaptées menacent sérieusement la viabilité et la biodiversité de nos lacs et voies d'eau.

Nous sommes donc fiers de pouvoir annoncer que, le 25 juin, notre marina de l'avant-port est devenue la première entité commerciale canadienne à se doter de poubelles des mers Seabin. La poubelle Seabin – inventée par des surfeurs australiens horrifiés par la quantité de plastique polluant l'océan – est un bac à ordures flottant qui collecte les débris et les microplastiques (même ceux qui ne mesurent que 2 mm!) présents dans l'eau, et contient un dispositif de filtration qui récupère les hydrocarbures comme le carburant et l'huile parfois déversés dans les voies d'eau.

Le collecteur de déchets Seabin monte et descend au rythme des mouvements naturels de l'eau, et capture tous les débris flottants. L'eau de surface est aspirée et passe dans un sac collecteur placé à l'intérieur de la poubelle, qui est équipée d'une pompe à eau submersible pouvant déplacer 25 000 L/h (litres par heure). Cette pompe est directement branchée sur une prise de courant de 110 ou 220 volts. La pompe rejette ensuite l'eau dans la marina, tandis que les ordures et les débris restent piégés dans le sac collecteur, ce qui permet de les éliminer ensuite correctement.

Une poubelle Seabin peut collecter jusqu'à 3,9 kilos de débris par jour, soit 1,4 tonne d'ordures par année.  Dans le cadre d'un projet pilote, la marina de l'avant-port a installé trois de ces collecteurs à déchets sur son territoire, dans des « zones où les débris posent problème ». À ces emplacements stratégiques, le vent et les courants poussent les débris directement dans la poubelle Seabin.

Ce projet pilote permettra à la marina et à PortsToronto de réfléchir aux possibilités d'utilisation future de collecteurs Seabin dans le havre de Toronto.

Seabin-Fast-Facts-french.jpg